Accueil Marketing Quel bac faire pour travailler dans le marketing ?

Quel bac faire pour travailler dans le marketing ?

Si vous avez étudié la communication et le marketing, ou si vous êtes déjà sur le terrain et que vous voulez vous rediriger vers un autre emploi, vous êtes au bon endroit. Salaires, métiers, perspectives d’emploi, tâches et formation, nous vous disons tout !

Vous êtes dans le domaine de la communication et du marketing ? Vous avez probablement suivi ce chemin tard. Même si le terrain regorge de carrières enrichissantes et enrichissantes, peu d’enfants disent vouloir être, par exemple, attachés de presse !

A lire en complément : Pourquoi recourir aux services d’une agence Powerpoint ?

« Ce n’est pas une profession précoce, pas comme devenir infirmière ou pompier », explique Bernard Motulsky , professeur de communication et titulaire de la Chaire Relations Publiques et Communication Marketing à l’UQAM. C’est quelque chose que nous découvrons souvent un peu plus tard. »

C’est même à l’Université que de nombreuses personnes dans ce domaine font leurs choix de carrière. Mais il n’y a pas de mal à informer plus tôt ! Savez-vous quel genre de profession vous pourriez avoir en communication et en marketing ? Suivre le guide.

A voir aussi : Quelles étapes Allez-vous suivre pour réaliser l'audit SEO de votre site Web ?

Bernard Motulsky, professeur de communication et titulaire de la chaire de relations publiques et de communication marketing à l’UQAM

La carrière typique dans la communication et le marketing

Selon le professeur Bernard Motulsky, les travailleurs sur le terrain sont divisés en deux familles : « ceux qui travaillent dans une agence ou une entreprise, et ceux qui travaillent dans les entreprises ».

La plupart des travailleurs des communications et du marketing feront partie des deux familles tout au long de leur carrière, à commencer par celle des entreprises et des agences. « Cela permet d’atteindre plusieurs secteurs et, après plusieurs années, parfois de passer du côté client », explique Bernard Motulsky.

1. Début de carrière en agence

Les travailleurs nouvellement diplômés obtiennent le plus souvent un emploi dans une agence de communication ou de marketing (une agence de publicité, par exemple !). Ce n’est pas une mauvaise chose, selon le professeur Bernard Motulsky. « L’environnement est plus varié et souvent plus stimulant parce qu’il s’agit d’organisations plus petites.

Source : Étude économique sur l’industrie des communications marketing au Québec, Raymond Chabot Grant Thornton (2015).

En agence, nous travaillons sur des mandats pour plusieurs clients ; nous touchons un peu de tout, mais pas à très long terme.

« Nous vivons plus excités, mais nous ne suivons pas les choses pendant plusieurs années », explique Bernard Motulsky. Vous pouvez travailler le matin pour le ministère des Finances, à midi pour une organisation sportive, à la fin de la journée pour une banque, et le soir pour une entreprise culturelle ! Si nous aimons la variété, c’est intéressant, cela fait venir dans plusieurs milieux. »

« Cela donne l’occasion de travailler sur des marques locales, régionales et internationales », ajoute Tiago Silva , recruteur chez Sid Lee.

Travailler dans un vous permet également de voir toutes les étapes de la création et de la diffusion. Chez Sid Lee, la plupart des mandats de communication marketing exigent un trio de responsabilités : stratégie, création et service de conseil.

« Nous, en bas, sommes une agence entièrement intégrée ! explique Tiago Silva. Nous suivons le processus d’un bout à l’autre. Il y a toujours la bonne vieille création, mais nous sommes de plus en plus plate-forme numérique et même la livraison de plates-formes numériques. »

Bureaux de l’Agence Sid Lee. Source : Sid Lee.

Attention, tout n’est pas rose en agence ! « Il y a beaucoup de pression, essentiellement financière, souligne le professeur Bernard Motulsky. Nous devons facturer, et les conditions de travail sont un peu plus, disons, précaires. »

2. Mi-carrière en entreprise

Une fois que le travailleur a acquis de l’expérience dans son domaine par l’intermédiaire d’une agence, le travailleur peut envisager de travailler pour un seul client, tel qu’une entreprise ou une organisation. Presque toutes les entreprises ont un service de communication et souvent même marketing, qu’il soit composé d’une seule personne ou d’une équipe entière.

La pression est généralement plus faible sur les épaules du spécialiste des communications ou du marketing d’affaires. Moins que dans une agence, de toute façon.

« Après avoir fait un travail passionnant et stressant pendant 20 ans, nous voulons aller de l’avant », explique Bernard Motulsky. Vous devez alors voir quelles sont les compétences que vous possédez qui vous permettront de jouer un rôle différent au sein d’une organisation. »

Quelle compétence vaut-il la peine de développer pour votre carrière ?

Selon les résultats de la Chaire de l’UQAM, Relations publiques et Communications Marketing (2011), vaste sondage sur les pratiques de communication au Canada, trois activités de communication « revêtent une importance stratégique » :

1.Relations avec la presse (93%)

2. Sites Web et médias sociaux (91%)

3. Communications internes (90 %)

Dans l’entreprise, l’environnement est « mieux organisé », les conditions de travail sont souvent négociées, donc plus intéressantes, « mais nous travaillons sur la même chose pendant des années », explique le professeur.

« Cela peut être excitant de toute façon ! ajoute-t-il.

3. Fin de carrière

La fin de la carrière d’un travailleur des communications et du marketing est généralement divisée en trois voies.

• Consultation

L’idée d’être seul pour les dernières années de sa vie active attire de nombreux spécialistes de la communication et du marketing. Un consultant est précisément un spécialiste dans un domaine donné. Il est avec le client pour la durée du projet ou de la tâche à accomplir.

Après des années de travail en communication ou en marketing, vous avez l’expérience nécessaire pour vendre vos services, et le salaire d’un travailleur indépendant peut être très intéressant. Selon Techno Competence, le taux horaire moyen pour les travailleurs indépendants des TIC au Québec est de 107$ l’heure. Son chiffre d’affaires annuel moyen : 142 300$ ! En comparaison, un employé des TIC au Québec a un salaire moyen de 66 900$.

• Gestion

Tiago Silva, recruteur chez Sid Lee.

Il y a aussi la possibilité de rester dans une entreprise et de monter l’échelle jusqu’à un poste de direction. « Si vous restez longtemps dans une entreprise, vous élargirez habituellement votre champ d’action et assumerez de plus grandes responsabilités », explique Bernard Motulsky.

Selon le recruteur de Sid Lee Tiago Silva, un employé peut commencer comme analyste, puis être stratège junior à senior, et finalement gestionnaire de stratégie !

• Enseignement

« … ou nous devenons professeur d’université comme moi ! rit Bernard Motulsky. Une fin de carrière à donner revenons à la suivante au cégep ou à l’université, il y a bien pire, n’est-ce pas ?

Études universitaires : beaucoup ont appelé, peu d’élus

Pour travailler dans la communication et le marketing, que pensez-vous comme une formation ? Études en communication et marketing, et de préférence un BAC. Attention : ne pas entrer qui veut ! Le professeur Bernard Motulsky sait de quoi il parle, enseignant lui-même à l’UQAM, qui est connu pour ses programmes de communication.

« À l’UQAM, c’est le quota, et il y a beaucoup de demandes », explique le professeur. C’est dur de rentrer à la maison !  »

Pour être accepté dans un programme de communication et de marketing à l’UQAM, vous devez d’abord avoir une cote R élevée. Selon Bernard Motulsky, les étudiants sont « assez brillants, les filles dans la grande majorité ».

Le pavillon judith-jasmin de l’UQAM.Source : Photo UQAM

Un diplôme collégial peut également être une option, bien que en 2014, moins du quart (23,7 %) des travailleurs des agences de publicité au Québec détenaient un DEC comme dernier diplôme, comparativement à 58,8 % pour le baccalauréat, selon Raymond Chabot Grant Thornton.

Taux de placement des diplômés pour le baccalauréat en communication Marketing

Parlons de l’insertion sur le marché du travail ! Voici des statistiques sur le placement des diplômés au Bachelor en Communication Marketing, tirées de deux enquêtes du Service de planification académique et de recherche institutionnelle (SPARI) de l’UQAM (2009-2013).

• 69 % des baccalauréats du programme de communication marketing étaient sur le marché du travail et 22 % ont poursuivi leurs études.

• Parmi ces 69 %, 91 % avaient obtenu un emploi à temps plein et 94 % avaient obtenu un emploi permanent.

• 64 % occupaient un emploi professionnel et 12 % étaient des cadres ou des cadres supérieurs.

• Une forte proportion de bacheliers en communication marketing (41%) travaillaient dans les communications, les relations publiques, l’édition et le multimédia, tandis que 33% travaillaient dans le commerce, la vente et les services.

Selon le Professional Perspectives pour le Bachelor of Marketing Communication de l’UQAM (septembre 2017), « les perspectives d’emploi sont également influencées par l’augmentation de la consommation de médias sociaux, de jeux en ligne, d’Internet, de l’utilisation de nouvelles plateformes d’information (mobile, iPad, etc.), ainsi que par par l’utilisation de nouvelles plateformes pour la diffusion de l’information (mobile, iPad, etc.). équipements électroniques. »

Le professeur Bernard Motulsky ne s’inquiète pas du tout des perspectives d’emploi pour les nouveaux arrivants sur le marché du travail, au contraire. C’est pour le reste de sa carrière qu’il nous avertit.

« Le défi des gens qui reviennent à la communication et au marketing », explique le professeur, de ne pas entrer sur le marché du travail, mais de dessiner un carrière après 10, 15, 20 ans ! Nous devrons élargir son champ d’intervention et chercher souvent un peu plus de formation. »

Secteurs d’affaires pour les professionnels de la communication marketing

Selon les données de l’Enquête nationale aupreès des ménages d’Emploi-Avenir Québec (2011), les travailleurs en communication marketing sont divisés en cinq secteurs principaux.

1.Services professionnels, scientifiques et techniques (28 %)

2. Commerce (16%)

3. Administration publique (12%)

4. Secteur manufacturier (10 %)

5. Secteur des finances et des assurances (7 %)

Plus précisément, ce sont les secteurs qui embauchent des professionnels de la communication marketing, selon les Perspectives professionnelles pour le baccalauréat en communication marketing de l’UQAM.

• Administration publique

• Agences de publicité, agences Web

• Entreprises : PME, grandes entreprises, entreprises d’économie sociale

▪ Entreprises (communication médiatique, relations publiques, gestion de crise)

• Municipal

• Organismes à but non lucratif, syndicats et associations

• Organismes publics

Expérience : plus importante que les études

Pas d’études en communication marketing ? Pas trop sérieux. Selon le grand sondage sur les pratiques de communication au Canada (2011) de l’UQAM Chaire des relations publiques et des communications marketing (2011), moins de la moitié des travailleurs sur le terrain (47 %) détiennent un diplôme dans une discipline en communication.

Raphaelle Huysmans , vice-président exécutif d’Urbania, se penche rarement sur la formation académique de un candidat, mais « vraiment l’expérience et les intérêts de la personne ».

« Lorsque vous êtes doué en communication marketing, c’est parce que vous aimez le contenu », déclare le vice-président. Dans une interview, je pose toujours la même question : que consommez-vous en tant que média, et comment vous divertissez-vous ? C’est un peu spécial si vous voulez travailler à la télévision, par exemple, mais vous ne l’écoutez pas !  »

Tiago Silva, recruteur de Sid Lee, a remarqué, par exemple, que les employés travaillant dans le domaine de la stratégie « ont souvent des voies diverses : anthropologie, finance, business, business intelligence ou communication pure et dure ».

En fin de compte, c’est la passion « La passion ne peut pas être inventée », insiste Raphaëlle Huysmans. La lumière dans les yeux, elle est là ou elle n’est pas là !  »

Raphaëlle Huysmans, Vice-présidente exécutive chez Urbania.

Métiers de la communication et du marketing : 4 champs d’action

Le diverses professions dans le domaine sont divisées en quatre grands domaines d’action :

1. Service à la clientèle

2. Rechercher

3. Contenu

4. Diffusion

Voici quelques exemples de métiers pour chacun de ces domaines d’action. Attention, nous n’incluons pas tous les métiers ici ! C’est un peu de survol.

1. Service à la clientèle

« Ce sont des gens qui travaillent dans une agence en contact avec les clients, explique Bernard Motulsky. Nous le trouvons partout : il faut tout le temps de quelqu’un qui établit une connexion pour faire la communication. »

• Gestionnaire du marketing

Il est également appelé directeur marketing ou agent promotionnel. L’agent marketing est, comme son nom l’indique, la personne responsable de la commercialisation d’une entreprise. Il est responsable du développement des stratégies et campagnes marketing d’une entreprise.

Formation

Le plus utile est certainement l’OCA dans les communications, l’administration des affaires ou le marketing, mais nous acceptons parfois DEC dans le marketing ou la communication.

Salaire

Emploi Québec indique que le salaire d’un agent de marketing varie d’un minimum de 17$ l’heure à un maximum de 57,69$ l’heure. Moyenne est de 37.50$.

• Spécialiste des communications

Le spécialiste des communications est la personne de référence pour toutes les questions relatives à la communication dans une entreprise. En outre, il participe à la création d’une stratégie ou d’une campagne de communication.

Formation

Généralement un baccalauréat en relations publiques, en communication ou en journalisme, mais un DEC peut également être fait dans les mêmes disciplines.

Salaire

Selon Emploi Québec, le salaire minimum pour une communication spécialiste est de 17$ de l’heure. La moyenne est d’environ 28,57$ l’heure et le maximum de 46,15$ l’heure. Le salaire annuel d’un aîné à Montréal peut atteindre 91 700$.

• Spécialiste du marketing

Le spécialiste du marketing participe à la création d’une stratégie ou d’une campagne de communication. En outre, c’est la personne de référence pour tout ce qui concerne le marketing.

Formation

Le plus souvent, vous demandez un BAC en marketing, communication marketing ou administration des affaires, ou un DEC en marketing ou en administration des affaires.

Salaire

Selon Statistique Canada, un spécialiste en marketing peut s’attendre à un salaire minimum de 18$ l’heure et à un maximum de 48,08$ l’heure. La moyenne est d’environ 31,85$ par heure.

2. Rechercher

Dans ce domaine d’activité, « nous travaillons sur des données pour essayer de comprendre à qui nous parlons, comment les rejoindre », explique le professeur de l’UQAM Bernard Motulsky.

• Agent de recherche en marketing

Les agents de recherche en marketing mènent des recherches, formulent des politiques et administrent des programmes visant à optimiser le marketing de l’entreprise afin de promouvoir les produits et services commerciaux ou industriels.

Formation

La plupart du temps, l’agent de recherche détiendra un BAC en économie, en commerce, en administration des affaires ou en administration publique.

Salaire

Selon Emploi Québec, le salaire d’un agent de recherche en marketing est d’au moins 18,75$ l’heure et un maximum de 49,68$ l’heure. La moyenne est d’environ 31,85$.

• Analyste du marketing

L’analyste marketing est la personne responsable de l’analyse du marché pour se tenir au courant des nouvelles tendances et des nouveaux produits et services. Dans le même type de commerce, nous trouvons l’analyste du marketing de données, qui est le responsable de la création, de l’analyse et de l’interprétation des bases de données numériques. Sinon, la mission de l’analyste marketing web est d’analyser le retour sur investissement de la présence web de l’entreprise. Il participe également à l’évaluation des campagnes de marketing en ligne de l’entreprise.

Formation

Nous parlons d’un BAC dans le domaine du marketing, de l’administration des affaires ou des communications.

Salaire

Emploi Québec fixe le salaire minimum horaire de l’analyste marketing à 18,75$, le maximum à 49,68$ et la moyenne à 31,85$.

• Consultant en études de marché

Le travail de consultant ou de consultant en études de marché peut sembler vague pour certains. En gros, il est responsable de fournir des données objectives provenant d’un marché spécifique qui guideront la stratégie commerciale et marketing d’une entreprise.

Formation

Pour exercer la profession de conseiller en études de marché, un baccalauréat (BAC) dans les domaines de l’économie, du commerce, de l’administration des entreprises ou de l’administration publique seront les bienvenus.

Salaire

Selon le site de recherche d’emploi de Neuvoo, le salaire moyen d’un conseiller en études de marché au Canada est de 37 500$ par année ou 19,23$ l’heure. Les postes débutants commencent à 28 000$ par année, tandis que les travailleurs les plus expérimentés gagnent 63 750$ par année.

3. Contenu

Le domaine des artistes : écriture, visuel, photo, design… Créatif !

« Ce sont ceux qui travaillent sur le contenu, le prennent et le façonnent », dit Bernard Motulsky. Il y a des carrières où nous travaillerons plus seuls : le rédacteur en chef est un peu plus avec lui-même. »

• Éditeur Web

Un éditeur web compose et écrit des messages et des contenus destinés aux plateformes en ligne, qu’il s’agisse de sites Web, de réseaux sociaux, etc. L’écriture est variée : publicités, articles, produits descriptions…

Formation

Un baccalauréat en Communication, Journalisme ou Littérature est idéal, mais vous pouvez très bien passer par un CED dans les mêmes disciplines.

Salaire

Emploi Québec indique que le salaire minimum d’un rédacteur en ligne est de 15$ l’heure. Le salaire maximal est de 37,69$ l’heure. La moyenne est de 27,69$.

• Stratège du contenu

Entre autres choses, le stratège de contenu permet à une entreprise d’être plus visible sur les moteurs de recherche. Le stratège de contenu aura la responsabilité principale de piloter et de déployer des stratégies et campagnes marketing de contenu pour les clients de l’entreprise, tout en surveillant leurs performances.

Formation

En général, un baccalauréat en administration des affaires, en communication ou en marketing sera exigé.

Salaire

Selon les données compilées par Statistique Canada, le stratège du contenu fera des bidoos et sera capable de nourrir leurs chats !

Le salaire est compris entre 15,50$ et 40$ l’heure, et le salaire moyen est d’environ $21.63 l’heure.

• Traducteur

Le traducteur devra transposer des textes de toutes sortes de documents d’une langue à l’autre, en transmettant le message le plus fidèlement possible. En général, il traduit d’une deuxième ou d’une troisième langue vers sa langue maternelle.

Formation

Un BAC spécialisé dans la traduction, bien sûr ! Il existe plusieurs programmes de maîtres courts pour ajouter la chaîne de traduction à notre BarC (mauvais jeu de mots) d’une autre discipline.

Salaire

Un minimum horaire de 18$ et un maximum de 51,79$, indique Emploi-Québec. La moyenne est de 31,50$.

4. Diffusion

Ce sont « ceux qui s’occupent de distribuer les messages », explique le professeur Motulsky.

• Acheteur d’espaces publicitaires

Son travail consiste à acheter des espaces publicitaires (télévision, presse, radio ou affichage public) dans le cadre de la stratégie marketing de l’entreprise.

L’acheteur d’espaces publicitaires doit gérer le budget alloué à la publicité, le distribuer entre les différents espaces publicitaires, faire la sollicitation avec des partenaires potentiels et négocier la distribution des affichages afin d’obtenir le meilleur rapport qualité-prix.

Formation

L’acheteur d’espaces publicitaires a généralement étudié la gestion d’entreprise, le commerce ou l’économie.

Salaire

Selon Statistique Canada, l’acheteur d’espace publicitaire gagne en moyenne 26,44$ l’heure au Québec. Le salaire minimum dans ce domaine d’activité est de 17$ l’heure et le salaire maximum est de 37,36$ l’heure.

• Agente d’information

L’agent d’information est la personne qui communique les activités et services d’une entreprise aux médias et à une clientèle cible et voit généralement les communications internes d’une entreprise.

Formation

Le plus souvent, l’agent d’information détient un BAC en communication, en journalisme ou en relations publiques, mais parfois aussi un DEC en communication.

Salaire

Emploi Québec estime que le salaire minimum horaire d’un agent d’information est d’environ 17$, et le maximum horaire est de 46,15$. Le salaire horaire moyen est de 28,57$.

• Agent des relations publiques

L’agent des relations publiques assure les communications externes d’une entreprise : à ses clients ou aux médias. Son rôle est également de promouvoir l’image de l’entreprise.

L’agent des relations publiques accomplit des tâches assez proches de celles de l’attaché de presse : organisation d’événements promotionnels, rédaction de communiqués de presse, représentation auprès des clients ou des médias, développement de partenariats… Attention, l’horaire peut être chargé !

Formation

En général, vous devez être titulaire d’un baccalauréat ou DEC en commercialisation, relations publiques, communications ou journalisme.

Salaire

Quel salaire peut être gagné dans ce métier ? Selon Statistique Canada, l’agent des relations publiques gagne au moins 17$ l’heure et un maximum de 43,08$ l’heure.

Le salaire moyen est de 28,00$ l’heure.

• Gestionnaire de la communauté

Un gestionnaire de communauté est le technicien en web social d’une entreprise qui ne peut pas vraiment s’en passer. Lorsque vous y réfléchissez, un gestionnaire de communauté est LA personne qui veillera à ce que la communauté, créée par la société, reste bien informée des promotions et des nouveaux produits de la société, que ce soit sur Facebook, Instagram, Twitter ou d’autres médias sociaux.

Ce gestionnaire agira également à titre de personne-ressource auprès des clients de l’entreprise.

Formation

De manière générale, un passera par l’université, soit par le baccalauréat (BAC) en relations publiques, en communication ou en journalisme.

Salaire

Selon les données de Statistique Canada, le gestionnaire communautaire aura assez pour mettre du pain sur la table, avec son beurre et son couteau.

Le salaire varie de 17$ l’heure à 43,08$. Le sous-marin est important.

Le salaire moyen, à son tour, est d’environ 28$ l’heure.

ARTICLES LIÉS